lundi, août 8

Comment reconnaître un chemin d’exploitation ?

194

Toute voie d’exploitation est une route privée qui sert exclusivement à la communication entre divers fonds ou à leur exploitation (articles L 162-1 et suivants du Code rural).

Propriété et utilisation

En l’absence de titre, les routes d’exploitation sont présumées appartenir aux propriétaires riverains, mais l’utilisation de ces routes est commune à toutes les parties concernées, c’est-à-dire qu’elles sont réservées aux propriétaires riverains ou, éventuellement, à leur agriculteur en cas de location du terrain. La Cour de cassation a déclaré que l’ouverture d’une route au public ne suffit pas à exclure la qualification d’une route d’exploitation (Cour Cas., Civ.3°, 9 février 2017, n°15-29153).

A lire aussi : Les villes attractives avec la loi Pinel

Toutefois, l’utilisation de la voie d’exploitation peut être interdite au public. Étant donné que l’utilisation commune des routes d’exploitation n’est pas régie par les règles de l’indivision, chaque propriétaire riverain a le droit d’interdire l’accès aux non-résidents (Cour Cas. -Civ.3°, 29 nov. 2018, n°17-22508).

Maintenance

À moins qu’ils renoncent à leur droit d’utilisation ou de propriété, tous les propriétaires fonciers dont les routes desservent les fonds sont tenus mutuellement de contribuer, dans la mesure de leur intérêt, à l’entretien et à la viabilité de leurs travaux d’entretien.

A lire en complément : Deux astuces pour bien entretenir sa maison en bois.

Suppression

Une route d’exploitation ne peut être enlevée qu’avec le consentement de tous les propriétaires riverains et elle existe même si elle n’est mentionnée sur aucun titre ou plan (affaire judiciaire. -Civ.3°, 2 mars 2017, n°15-24374). De plus, même si elle n’est plus visible sur le terrain, les résidents ne sont pas privés de leur droit de l’utiliser. Enfin, il ne peut pas disparaître par non-utilisation.

Nathalie Quiblier /Avocate