dimanche, juillet 14

Marché immobilier en Suisse : quelles sont les prédictions ?

1614

La Suisse n’a pas été épargnée par la pandémie du COVID-19. Elle a enregistré quelques petits reculs dans certains secteurs de l’immobilier pour 2020, mais rien de très grave. On peut même dire que le marché immobilier suisse est en parfaite santé. Le fait est que fin 2020, une augmentation des prix de l’immobilier a été constatée.

Un bon présage sur le long terme pour l’immobilier suisse

Lire également : Comment acheter une résidence secondaire ?

Pour quelqu’un qui veut investir dans l’immobilier, que ce soit pour la constitution d’un patrimoine ou pour opérer dans la vente de biens immobiliers, la Suisse offre les meilleures opportunités. Le prix de l’immobilier suisse n’a cessé d’augmenter chaque année depuis l’année 2002 hormis le cas de l’année 2017. Et selon les indicateurs à la fin de l’année 2020, la tendance haussière sera tenue pour cette année et les quelques années à venir.

L’immobilier suisse ne souffre donc pas réellement de la crise sanitaire. Cette tendance haussière de l’immobilier est causée par la demande de plus en plus importante en matière de propriété du logement. Les Suisses sont plus que jamais envieux d’avoir leur propre appartement ou leur maison. Bien que les constructions aient continué en 2019 et 2020, force est de constater que l’offre n’est pas en mesure de répondre à la demande. Ce qui explique en partie la hausse des prix.

A lire aussi : Terrain constructible : comment le reconnaître ? Astuces et conseils pour futurs propriétaires

Les grandes villes restent très chères

Le prix de l’immobilier dans les villes de la région lémanique reste toujours le plus élevé. Cela malgré le fait qu’une croissance de moins de 0.5%. Dans les autres villes de la Suisse romande, on a pu constater une hausse du prix de l’immobilier de l’ordre de 3 à 7% en moyenne. Cependant, même avec cette hausse, il est toujours plus intéressant de s’éloigner des zones urbaines si vous êtes à la recherche d’une maison individuelle à acquérir en propriété.

Pour ceux qui veulent investir dans l’immobilier dans le but de vendre ou de louer, c’est également le bon moment pour investir. Dans les villes dynamiques comme Genève, la demande en location de bureaux et d’appartements ne connaît pas de baisse. Selon l’avis des experts, une éventuelle chute du marché immobilier suisse dans un avenir proche n’est pas à l’ordre du jour.

Acheter plutôt que louer en Suisse

Avec le taux d’intérêt hypothécaire très bas actuellement, les experts préconisent qu’il est plus intéressant d’acheter son logement. Effectivement, avec le loyer moyen qui avoisine les 3500 CHF par mois dans les grandes agglomérations, le calcul est vite fait. Il est plus rentable de devenir propriétaire. Selon les études sur la tendance immobilière de 2020 en Suisse, de plus en plus de nouveaux acquéreurs préfèrent de loin les maisons individuelles aux appartements.

Cette tendance s’explique par le fait que les appartements coûtent plus cher parce que dans leur grande majorité, ils sont situés dans les villes. Enfin, il y a également l’envie de retourner vers un mode de vie plus serein et plus près de la nature. À cause de la pandémie, beaucoup pense que disposer d’une maison individuelle est plus sécurisant et permet de profiter d’un meilleur confort.

La croissance des prix de l’immobilier résidentiel en Suisse diminue

L’une des tendances les plus notables sur le marché de l’immobilier en Suisse réside dans la diminution de la croissance des prix de l’immobilier résidentiel. Cette tendance a commencé à se manifester depuis quelques mois déjà, et elle est due en partie à la pandémie qui a affecté les habitudes de consommation et d’achat.

Contrairement aux années précédentes où il était difficile pour les acheteurs potentiels de trouver un bien immobilier abordable, cette année voit une légère baisse des prix. Pourtant, même si cette baisse peut être considérée comme une bonne nouvelle pour les acquéreurs potentiels, il n’en demeure pas moins que cela ne signifie pas nécessairement qu’il y aura un effondrement complet du marché immobilier.

Il faut souligner que tous les secteurs immobiliers ne seront pas touchés par cette faible croissance, certains secteurs continueront leur expansion malgré tout. Les biens situés dans certaines localités ou ceux présentant des aspects spécifiques tels qu’un environnement calme ou verdoyant seront toujours très prisés, par exemple.

Le ralentissement généralisé pourrait cependant pousser certains acteurs économiques à ajuster leurs offres et leurs demandes afin d’être mieux disposés face au contexte actuel : ainsi, on pourrait observer une augmentation du nombre d’appartements disponibles sur le marché locatif ou encore un développement accru dans le domaine du co-living.

Bien que la diminution remarquable de la croissance des prix puisse être perçue comme quelque chose d’inquiétant pour certains observateurs, restons prudents car cela n’implique pas nécessairement un effondrement de l’immobilier résidentiel suisse. Vous devez réaliser des investissements immobiliers judicieux en tenant compte des spécificités régionales, sectorielles et autres acteurs influents sur la dynamique globale du secteur immobilier.

Les taux hypothécaires historiquement bas encouragent l’achat immobilier

Les taux hypothécaires historiquement bas sont un facteur important qui encourage les acheteurs potentiels à se lancer dans l’achat immobilier. Effectivement, la Suisse a connu une baisse significative des taux d’intérêt depuis plusieurs années maintenant, ce qui permet aux emprunteurs de bénéficier de conditions plus avantageuses pour financer leur projet immobilier.

Cette situation devrait perdurer encore quelques temps. Les banques suisses prévoient effectivement de maintenir leurs taux à des niveaux très attractifs afin d’encourager davantage les ménages à investir dans la pierre et ainsi favoriser le dynamisme du marché immobilier. De même, avec la crise économique actuelle, il est peu probable que ces taux augmentent brusquement dans un futur proche.

Mais attention : bien que les taux d’intérêt soient actuellement très bas, cela ne signifie pas qu’il faille prendre son désir d’achat comme argent comptant sans étudier toutes les implications financières ! Il conviendra toujours de calculer précisément votre capacité d’emprunt selon des critères tels que vos revenus mensuels nets ou encore votre apport personnel.

Dernier point mais non des moindres : si vous êtes tentés par un achat immobilier, alors sachez qu’il est possible aujourd’hui de négocier certaines primes auprès des banques afin de réduire le coût total du crédit sur le long terme. Par exemple, vous pouvez négocier une prime « risque » dans le cas où le montant prêté dépasse 80 % de la valeur du bien immobilier. Cela permettra notamment d’obtenir un taux plus compétitif et ainsi de diminuer le coût global de votre crédit.

L’achat immobilier en Suisse demeure une option intéressante pour les ménages qui souhaitent investir dans une résidence principale ou simplement diversifier leur patrimoine. Les faibles taux hypothécaires, combinés à la légère baisse des prix sur le marché immobilier suisse, peuvent être considérés comme un appel à l’action pour les acquéreurs potentiels qui auront pris soin d’évaluer leur situation financière globale avant de se lancer.